Un milliard qui ne passe pas



Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes ont exprimé leur étonnement, souvent choquées, face aux dons qui afflues à destination de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, en partie détruite par les flammes. Des individus se disent même indignés devant des sommes qui leur apparaissent démesurées.


On vous explique


Un milliard d'euros de dons en deux jours, cela ne passe pas pour tout le monde et pour cause, il y a partout dans le monde de la détresse humaine autrement plus dramatique. Particulièrement au Yémen où la famine fait rage, où des enfants meurs de faim, mais pas seulement. En France, 550 sans abris sont décédés faute de moyens, de logements. Alors que des millions de personnes vivent soul de seuil de pauvreté, de l'argent est facilement et rapidement débloqué pour rebâtir un bâtiment de pierres. Bien que bon nombre de personnes soient attachées à ce bâtiment historique et au patrimoine de France, ils ont également beaucoup de mal à comprendre cet élan de générosité. Le facteur humain semble toucher les internautes davantage et nous ne pouvons que les comprendre. Comment peut-ont laisser en place la misère qui nous entoure, en demandant aux français de faire des efforts économiques, lorsqu'il suffit de quelques heures pour financer un chantier d'une telle ampleur?

Les associations humanitaires sont, elles aussi, indignées quand elles se battent depuis des années pour éradiquer la famine dans le monde.

Par ailleurs, un ministre aurait estimé les réparations à 200 millions, se qui pose la question de savoir à quoi devrait servir le reste de l'argent récolté? Encore une fois, la population s'interroge.


Voici une illustration partagée par un internaute sur les réseaux sociaux pour évoquer son outrance devant un constat alarmant :


La véritable questions que nous nous posons, qu'elles sont les réelles priorités de notre société, de nos politiques, de notre monde?

0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.