Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.

Ultimatum des Gilets Jaunes à Paris : des affrontements violents.

Malgré l'annonce de l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes vendredi dernier et les appels de figures du mouvement comme Maxime Nicolle ou Jérôme Rodriguez à respecter les consignes pour des raisons de santé publique, plusieurs centaines de personnes ont défilé dans la capitale.



Après un début de manifestation plutôt calme, le cortège ayant été totalement cerné par les gendarmes mobiles, l'ambiance s'est tendue d'abord boulevard Arago, puis aux abords de la rue Esquirol. Après des jets de projectiles, les gendarmes et la BRAV-M sont intervenus à plusieurs reprise pour interpeller des individus en faisant un usage massif de gaz lacrymogène. On dénombre ainsi 70 interpellations en comptant les contrôles préventifs et les arrestations sur le parcours de la manifestation, ainsi que de nombreux blessés du côté des manifestants.


La préfecture a décidé d'interrompre le parcours de la manifestation à Chevaleret au lieu de Bercy en raison de « violences et dégradations commises depuis (le) matin le long du parcours ». De nombreuses arrestations ont alors eu lieu en fonction des signalements et des fouilles effectuées à la sortie.


La crise du COVID-19 a considérablement impacté les événements prévus lors de cette journée d'appel nationale puisque la manifestation pour la climat, à laquelle s'était notamment greffée l'intersyndicale, ainsi qu'un rassemblement contre les violence policières ont été annulés suite aux décisions prises par le gouvernement.







Wladislas AULNER (photos et article)

Infoline Media Independant

138 vues