Toulouse: une manifestation impossible

Cela devait-être un nouveau départ pour les gilets jaunes et citoyens de Toulouse, un 12 septembre attendu depuis plusieurs semaines, c’était sans compter sur l'interdiction de manifestation du préfet d'Occitanie.



Un rdv à Jean-Jaurès

Comme à l’accoutumée le rassemblement était donné à 14h à Jean-Jaurès, où plusieurs camions de gendarme étaient déjà là. Ils étaient au départ une centaine à être venus puis petit à petit et au plus fort de la "manifestation" ils sont vite arrivés à environs 1000 personnes. Dès le début le rassemblement a été nassé de tous les côtés, une arrestation a même eu lieu et selon nos infos cela serait parti d'un petit quiproquo entre un manifestant et un serveur du restaurant "les américains". En effet au vu de la nasse qui se produisait, un des serveurs a demandé que l’on ne serve plus personne car il y avait un risque de Lacrymos et donc souhaitait visiblement fermer les portes avant. Sauf qu'un manifestant ne l'aurait pas compris dans ce sens, une altercation aurait alors éclaté et les forces de l'ordre ont dû intervenir. Une personne a été interpellée mais certains manifestants trouvant cette arrestation abusive ont tenté d’empêcher les forces de l'ordre de l'emmener dans leur camion. Dans cette "cohue" un gendarme a alors été blessé visiblement par un jet de pétard ainsi que deux manifestants.



Les premiers Lacrymos


La manifestation n'a alors pas commencé que les forces de l'ordre ont tenté de pousser le cortège vers le haut des allées Jean-Jaurès demandant ainsi la dispersion. Voyant la stagnation des manifestants les premières grenades lacrymogènes ont été lancées. Le cortège s'est alors scindé en plusieurs petits groupes. Cependant à chaque dispersion, le cortège réussissait à se réunir au niveau de la rue Alsace-Lorraine au Monoprix, point de ralliement de ce jour.


Plusieurs arrestations


Toute la journée les manifestants ont tenté de pouvoir faire une manifestation en vain, ils ont tout de même réussi à traverser le Capitole, quelques passants applaudissaient le cortège d'autres étaient moins sympathiques. Les grenades Lacrymogènes ont une fois de plus été utilisées un bon nombre de fois au détriment des passants ou deux enfants dont un dans la poussette ont été volontairement gazé avec leur maman, deux ou trois petites poubelles sur le capitole renversées mais pas vraiment de dégâts. Certaines arrestations étaient assez musclées ainsi qu’une scène où une dame non manifestante a été bousculée et fait tomber à terre, une autre a elle était secourue par les gendarmes à cause des lacrymos!

En fin de journée la manifestation s'est dispersée encore une fois sous les gaz lacrymos tirés par le cordon de forces de l'ordre côté Air France mais cette fois sans sommation.


Reportage en photo


Infoline/ Caro Style Photographie

Infoline/ Thomas Saly
























168 vues
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.