Toulouse: des milliers de personnes au rassemblement pour Adama Traoré et George Floyd


@Caro Style Photographie / Infoline

A Toulouse, hier, a eu lieu un rassemblement organisé par le comité Vérité & Justice 31 à 19h au métro Capitole. Selon plusieurs sources il y aurait eu plus de 10000 personnes, pour la préfecture 2000, et des milliers de pancartes plus ou moins grandes avec des inscriptions propres à soi.


@Caro Style Photographie/ Infoline

@Caro Style Photographie / Infoline

Pourquoi un tel rassemblement ?


Toulouse a toujours été plus ou moins une ville à forte contestation d’ailleurs nous l'avions remarqué par rapport au mouvement des gilets jaunes mais aussi lors des précédentes manifestations sociales. Ce rassemblement fait lieu après la contre-expertise d’autopsie qui mentionne qu' Adama Traoré a bien été "tué" par la police, dans la conclusion de cette contre-expertise, il est évoqué que le décès d'Adama Traoré a été causé par un syndrome asphyxique qui fait suite à un œdème cardiogénique. Lequel œdème a été causé par une asphyxie positionnelle induite par le plaquage ventral ».

Un verdict terrible surtout lorsqu'on sait que sa sœur Assa se bat depuis des années pour que la vérité éclate et que les gendarmes soient inculpés pour que justice soit faite. Avec cette nouvelle preuves Assa Traoré décide de se faire entendre plus que jamais pour faire bouger les choses.

Mais avec l’actualité en cours sur l'affaire George Floyd tué par un policier à Minneapolis, il paraissait logique de se rassembler aussi pour lui. Finalement la manifestation était surtout contre les violences policières dans le monde et pour demander justice.


@Caro Style Photographie / Inofline

Un rassemblement dans le calme avant la colère


Le calme


Le rassemblement s'est déroulé sans incident, avec plusieurs prises de paroles, des applaudissements, des slogans et des poings levés comme le montre nos vidéos.



@Infoline


Dans le rassemblement des chants en anglais sont entendus, des sourires, mais aussi des larmes. Pendant deux heures c'est le mot justice qui est souvent répété et crié, et vers 21h le responsable de l'association comité Vérité & Justice mentionne que le rassemblement à Toulouse est historique mais qu'il faut une suite et ne rien lâcher.


La colère


Le rassemblement terminé, les organisateurs ont appelé à la dispersion mais un millier de manifestants ont préféré partir en cortège sauvage dans le centre-ville de la ville rose sur la rue Alsace Lorraine. Une manifestation qui a débuté sans casse, sans violence juste avec des slogans pour Adama et contre la police.

Une banderole antifascisme est déployée et les chants antifa ont résonné dans les rues de Toulouse. Arrivé en haut d'Alsace Lorraine, la gendarmerie mobile s'est déployée pour éviter que la manifestation n’arrive au palais de justice.

Le cortège reste immobile, un fumigène est craqué, une poubelle est mise au milieu de la route en guise de contestation et de désobéissance civile. La colère est telle que des insultes et des " assassins" fusent de partout. Rapidement les forces de l'ordre commencent les sommations puis lancent des grenades lacrymogènes, le chaos dans le cortège s'installe, il faut savoir que beaucoup manifestent pour la première fois et ne connaissent donc pas le lacrymo.

Beaucoup se sont retrouvés choqués et désemparés ne sachant pas où aller pour éviter les lacrymos balancés en nombre. D'autres continuent de crier "Justice pour Adama «comme pour dire " nous n'avons plus peur".

Une manifestante s'approche en criant on ne se laissera pas faire, une autre applaudit les gendarmes qui lui tirent dessus à coup de lacrymos alors qu'elle était seule et ne représentait aucun danger !

Des heurts ont éclaté entre manifestants, en effet une partie de la communauté noire a refusé catégoriquement le trouble à l'ordre public, les poubelles sur la route et "les jets de projectile n'étaient pas nécessaire" selon une manifestante, une autre crie "seule la parole compte".

Cela n'a pas eu d'effets, la manifestation dégénère et le mobilier urbain a été utilisé envers les forces de l'ordre qui continuaient de tirer des grenades lacrymogènes et quelques tirs de flashballs.

Le cortège a été coupé en deux, une partie sur Alsace Lorraine une autre vers Esquirol.

Selon un communiqué de l’hôtel de ville ce jour, une vitre du capitole aurait été cassée suite à un pot de peinture lancé ce qui aurait dégradé le parquet de la salle des illustres.

La mairie va porter plainte

Jusqu'à 23h les rues de Toulouse se sont retrouvées dans un épais nuage de lacrymos, et aux cris de manifestants.

Il y a eu plusieurs blessés plus ou moins graves, ainsi que des interpellations et arrestations.


Jean-Luc Moudenc maire de Toulouse réagit


Dans un communiqué le maire de Toulouse annonce "A l'image de l'essentiel des Toulousaines et des Toulousains, je suis affligé et scandalisé de voir, une fois encore, une poignée d'ultras instrumentaliser un événement initialement pacifiste pour semer le désordre et vandaliser notre ville. Ces actes méritent d'être punis. C'est pourquoi la mairie portera plainte pour dégradation du bien public."


Nadege P


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.