Toulouse: Acte 54 gilets jaunes, femmes battues même combat.


@Charlie Garcia

Samedi 23 novembre se tenait la manifestation hebdomadaire des gilets jaunes de Toulouse. Un an de mobilisation pour ces gens revendiquant la justice sociale, climatique et démocratique.

Le cortège part à 14h au métro Jean-Jaurès comme à l'accoutumée. Les manifestants se dirigent vers la Rue de Metz, là où se tenait une manifestation féministe, des femmes qui criaient leur haine du patriarcat, leur rage face aux assassins conjugaux, leur peur de se faire agresser à n'importe qu'elle moment.

Un groupe de militante abolitionniste (pour l’abolition de la prostitution) s'est fait agresser par un groupe de féministes. "Vous êtes putophobes" leur assène une des agresseuses, "vous cautionnez le viol tarifé" lui répond une des agressées.

J'apprendrai plus tard que les militantes abolitionnistes s'étaient déjà fait agresser par des pro-prostitution, pancartes déchirées, gifles à gogo, "une bonne façon de semer la division et la discorde alors que nous nous battons pour une cause commune à la base".

Le cortège s’avance, escorté par la police et fini à St Cyprien.

Les gilets jaunes retournent vers Jean Jaurès puis décident d'aller vers la place du Capitole. Arrivée sur la Place, un groupe de gendarmes nasse le peu de gilets jaunes présents, des reporters et un photographe. Soit une dizaine de personnes et une soixantaine de policiers et gendarmes.

Nous en faisons d'ailleurs partie avec notre collègue Judith journaliste international qui couvre les manifestations à Toulouse.

Nous restons nassés sur la place du Capitole puis, des policiers arrivent dont deux policiers en civil sans brassard ni RIO. Les gendarmes nous font "glisser" dans le parking. La police suit les gendarmes.

Nous nous faisons contrôler. Un policier, le plus grade semble-t-il, me lance "Monsieur Garcia, à vous !". Je lui donne ma carte d'identité. Il regarde mon sac, me dirige vers un autre policier qui me mettra, semble-t-il 135 euros d'amende.

Évidemment, je contesterai cette amende.

Il n'y a eu visiblement pas d'arrestations, ni de blessés ce samedi.


Infoline, média indépendant et média du peuple

Pour soutenir notre média à partir de 1 euros ----> https://fr.tipeee.com/infoline

0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.