TOULOUSE: acte 50, dispersion au bout de 600 mètres de manifestation



Samedi 26 octobre avait lieu l'acte 50 des gilets jaunes de Toulouse intitulé "contre les violences policières en hommage à Rémi Fraisse,Steve, Zineb et toutes les victimes".

Comme à l’accoutumé ils se sont donné rendez-vous au métro Jean Jaurès avec une trentaine de minutes de prise de parole.

Le cortège démarre de Jean Jaurès vers François Verdier où les manifestants se sont vite retrouvés nassés avec pour seule sortie, le canal.

Dès lors, la manifestation a stagné comme pour dire " non nous ne voulons pas aller vers le canal" quelques minutes après, les premiers tirs de grenades lacrymogènes.

Dans un épais nuage de fumé une blessée apparaît avec un œuf sur le front, elle s'était pris une grenade sur le front.

Les forces de l'ordre ont commencé a diriger le cortège vers le canal en empêchant au non-manifestants de passer, ce qui a provoqué la colère de certains d'entre eux.

Arrivée au canal, la manifestation s'est dispersée en plusieurs petits groupes, ce qui a eu pour incidence de dissoudre totalement celle-ci.

Un petit groupe d'une cinquantaine de gilets jaunes s'est retrouvé dans les hauteurs du quartier Jolimont ou nous avons, nous journalistes été la cible des forces de l'ordre qui n'ont pas hésité à nous lancer en tir tendu une grenade lacrymo alors que nous étions seuls dans la rue et de dos, nous sommes donc allés les voir pour avoir des explications, mais en vain, nous nous leur avons donc mentionné certain texte de lois, mais ils ont préféré rire!

Un peu plus loin alors que les gilets jaunes ne troublaient en aucun cas l'ordre public et n’étaient pas menaçants, les forces de l'ordre ont à nouveau tiré des grenades lacrymogènes qui ont finis dans un parc pour enfants.

Le peu de manifestants qu'il restait sont alors retournés en petits groupes sur Jean-Jaurès.

En chemin nous constatons plusieurs contrôles d’identité et fouilles de sacs.

Quelques manifestants ont tenté de se rassembler au métro Jean-Jaurès, en vain.

Il y aurait deux blessés et deux streets medics arrêtés voici le témoignage de l'un d'entre eux:


" Hey ! Je suis le Street medic interpellé par la BST, samedi place Wilson vers 17h30, pour motif : " Participation à une manifestation interdite en vue de commettre un crime " Interpellation assez violentes, j'ai était plaqué au sol, et reçu un coup de bouclier dans la tête qui m'a assommé quelques secondes, sans oublier les menaces, insultes et rires moqueurs lors de la fouille sur la place Wilson.. 📷 Je suis sortie ce matin aux alentours de 11h30, après avoir passé 24 h en Garde à vue et dormi toute la nuit dans les Geoles du commissariat de Toulouse .. Je ressort libre mais sans mon matériel de Medic qui lui à été détruit (gilets tactiques, sacoche avec compresses, sérum, désinfectants, décontaminant, genouillères et gants) ainsi qu'un avertissement oral : de ne pas revenir sur les manifs gilets jaunes sur Toulouse sous peines de poursuite judiciaire. Voilà, voila ^^` Je voudrais remercier tout ceux qui se sont inquiéter (Gilets jaunes et Street Medic), ceux qui ont demandé de mes nouvelles. Ainsi que les Secours volontaires. Merci à tous 📷 Force & Honneur et vive les Street Medic !


Infoline, média indépendant et média du peuple

Pour soutenir notre média https://fr.tipeee.com/infoline

0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.