Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.

Toulouse: Acte 48 répression et gaz lacrymogènes



Samedi 12 octobre a eu lieu l'acte 48 des gilets jaunes de Toulouse, un acte spéciale puisque appel national, pour les troisièmes fois Toulouse était la capitale de la contestation.

Plusieurs milliers de manifestants venu de toute la France ainsi que Maxime Nicole alias Fly Rider.

Le départ du rassemblement comme a l'accoutumé se fait à Jean-Jaurès à 14h, le cortège commence à aller vers la place Wilson, mais la commissaire a commencé a faire des sommations soit 5 minute après le départ.

Un barrage des forces de l'ordre c'est mis en place pour empêché les manifestant de pénétré sur la place Wilson.

La manifestation a fait demi tour et s'est élancé vers Jeanne d'arc pour aller sur la rue Alsace-Lorraine. Dés arrivé sur le début d'Alsace-Lorraine la commissaire a de nouveau fait des sommations puis un barrage policier de la bac, voyant que les manifestants ne partaient pas, les forces de l'ordre ont fait usage des lacrymogènes.

Le cortège a été dispersé en trois groupe, ce qui a facilite le travail des forces de l'ordre.

Toute la journée les manifestants des plusieurs groupes on tenté de se retrouver, mais a chaque fois des dizaines de lacrymos ont été lancé de manière disproportionnée.

De ce fait des jets de bouteilles en verre et en plastique ont été observé envers les forces de l'ordre.

Le canon a eau a été utilisé alors qu'il y avait très peu de manifestants, voire que des journalistes et photographes ainsi que Odile Maurin présidente de l'association Handi-social qui a été violenté par des policiers.

Lors de cette manifestation on dénombre plusieurs blessés du cote des manifestants mais aussi des Street-medic et des journalistes.

Des passants, des touristes et des manifestants ont reçu des coup de matraque sans motif légitime causant parfois l’énervement de ces derniers.

Un de nos journalistes a notamment été blesse au pied avec une grenade qui lui a exploser sur celui ci, et une autre de nos journalistes à reçu un pavet de lacrymo au niveau de la poitrine ce qui a brûlé son pull.

Il y a eu 26 interpellations dont celui du journaliste de Rapports de force Guillaume Bernard et 4 street Medics, ainsi que beaucoup de contrôle parfois injustifiés et très violentes dont un homme qui c'est fait fouiller son téléphone en étant entravé part des policier.


Infoline, média indépendant et média du peuple

Pour soutenir notre média https://fr.tipeee.com/infoline





115 vues