Toulouse: 120000 personnes selon les syndicats, un succès



Mardi 17 Décembre, au métro st Cyprien à Toulouse, à 14h, les syndicats ainsi que les gilets jaunes se sont donnés rendez-vous pour l'appel à la manifestation nationale suite à la grève générale et illimitée.

Cette manifestation interviens contre la reforme de la retraite, actuellement en pour-parler au gouvernement et où les syndicats ne sont pas d'accord.

CGT, CFDT, UNSA, FO, CFE-CGC, CFTC, SOLIDAIRES et Le MEDEF convergent ainsi ensemble pour un plus grand impacte.

Pour le moment le gouvernement ne cède pas, les syndicats menacent donc d'amplifier la grèves et les actions jusqu’à Noel.

Une chose est sur, pour les trois-quarts des syndicats il faut le retrait totale de cette reforme, pour les autres ils veulent négocier l'age pivot.


Des boulevards qui deviennent trop petits.


Un immense cortège s’élance en direction de François Verdier, sous des slogans, avec des pancartes, et des banderoles. Selon les syndicats il y aurait 120000 personnes soit plus que Mardi 5 décembre ( selon les syndicats 100000 personnes).

Les forces de l'ordre étaient présentes à 40 mètres de la tête de cortège et en fin, aucun incident sur le parcours déclaré n'a été déploré. Le cortège étant très long, les premiers manifestants arrivés sur François Verdier ont stagné un moment devant les forces de l'ordre, postées au début de la rue de Metz, avec le canon à eau.

Pendant plusieurs minutes un groupe de gilet jaune échange des mots avec les gendarmes et policiers qui ne répondent pas. Un policier a utilisé un téléphone portable pour filmer les manifestants, ce qui est normalement interdit. Mais selon une source qui a indiqué que le téléphone serait à la brigade, en effet nous avons regardé en zoomant sur les photos on peut apercevoir un numéro sur le derrière du téléphone.

Un petit bloc se forme, derrière une banderole,quelques jets de projectiles puis le bloc disparaît. Toute la manifestation n’étant pas encore arrivée, ceux sur place ont préféré retourner sur Jean-Jaurès


Direction Jean-Jaurès et sapin.


Sur le retour ils croisent tous les syndicats pour qui la manifestation déclarér est terminée. Arrivés à Jean-Jaurès des manifestants ont scandé " le sapin, le sapin, le sapin". Le bloc "Black Bloc"( une autre façon de manifester pour ne pas être reconnu ) s'est reformé à grande vitesse pour se diriger vers le sapin, l'objectif n'est pas très bien compris, pour les uns ils vont le brûler, pour les autres c'est juste pour montrer la détermination d'aller sur une décoration "ultra"protégée.

Le bloc suivi des manifestants font quelques mètres quand une équipe de la bac arrive en nombre près du sapin. Les sommations auraient été faites, sauf que selon plusieurs sources celles-ci n'ont pas été audibles pour la majorité des manifestants.

Les tirs provenaient d'un peu partout, les gens ( parfois non manifestants) essayaient tant bien que mal de se protéger, en vain. Il y a eu plusieurs blessés pendant cette cohue,un manifestant par une lacrymo transporté par les medics, un journaliste qui a reçu un engins explosif non identifié non loin de son oreille (sans gravité) venu des forces de l'ordre, une personne qui a perdu connaissance par rapport au gaz lacrymogène, elle a été évacuée par les pompiers.


Arrestations, arrêt du métro et un ras le bol.


Pendant plusieurs minutes tout Jean-Jaurès était dans un brouillard de lacrymos irrespirable. Une fois la foule bien dispersée, un calme est revenu, mais pas longtemps, des ordres ont été donnés de vider toute la place Jean-Jaurès et de pousser au métro sauf qu'à ce moment là il était fermé.

Les forces de l'ordre n'ont pas hésité à pousser des manifestants et non manifestants. D'ailleurs un non manifestant a refusé de partir, il s'est exprimé sur le fait que la voie était publique. Il mentionnait "ça gaz, ça gaz et ça pousse on ne sait même pas pourquoi, y'en a sérieusement marre!! ".

Un ordre incompréhensible pour beaucoup puisque 5 minutes après la place était de nouveau pleine de monde. Vers 17h20 la BRAM ( communément appelée:Voltigeurs) prend en chasse plusieurs manifestants, une de leur moto tombe et s'en suis une arrestation musclés.

Les forces de l'ordre alors que la plupart des manifestants étaient à distance de l'arrestation, non pas hésité à être violent et agressifs, sur la vingtaine de policier seulement trois avaient leur RIO. Quand nous leur avons demandé leur RIO leur réponse a été un coup de gazeuse à main. Aprés quelques instants un des policier est venu nous voir puisque nous lui avons signalé que nous étions de la presse, pour nous donner une explication, nous le mentionnons car cela reste très rare.

Il porte d'ailleurs son RIO . Vers 17h40 le canon entre en action, on ne comprend pas pourquoi puisqu'il reste peu de personnes, il a fonctionné une dizaine de minutes.


On déplore pour le moment trois blessés et une arrestation, quelques dégâts urbains ( graffiti et petit feu de poubelle à Jean-Jaurès).


La rédaction,


Pour soutenir notre média https://fr.tipeee.com/infoline





0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.