Normandie, le suicide d'un éboueur après son licenciement

"L'homme de 46 ans s'est donné la mort, près de Caen après la perte de son emploi"



Découvert en tenue de travail avec la lettre de son licenciement à ses pieds, le salarié s'est suicidé vendredi 5 juin 2020 à 5h00 du matin après 26 ans de bons et loyaux services.


Il a reçu la nouvelle par voie postale le jeudi après-midi et à décidé de revêtir ses vêtements professionnels d'éboueur et de mettre fin à ses jours.

Comme un geste symbolique envers cette sentence prise par son employeur, la collecte valorisation énergie déchets (Coved) de Fresne-Camilly.



La raison de ce renvoi est la pause prise par la victime et un de ses collègue afin de boire une bière offerte par un client, en récompense du travail effectué par les deux hommes en cette période difficile.


Les deux hommes ont reconnus avoir pris cette pause sur leur temps de travail et ont été insensiblement remerciés par l'entreprise.



Yannick Martin, délégué CGT de l'entreprise "La gendarmerie a retrouvé la lettre de licenciement à ses pieds, c'est son fils de 18 ans qui l'a retrouvé dans le garage, avec le fusil dans la bouche"avant de rajouter, très ému " "Ils sont où les héros du quotidien dont on parlait, qu'on applaudissait, ou tous les messages qu'on nous a mis sur nos poubelle ?"


Le syndicat ne compte pas en rester là et la famille du défunt, veuf depuis 6 ans, laissant son fils de 18 ans orphelin, a prévu de déposer plainte.


La COVED n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.


Mylène DUVAL

0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.