Marseille-Nîmes: la honte



Des supporters du club de Nîmes de football ont subi des violences policières inouïes. Le préfet des Bouches-du-Rhône n'avait autorisé pour le déplacement que 200 supporters pour le match OM-Nîmes samedi soir.

D'habitude les cars sont interceptés avant la prise de route,ou sur les péages or là ils ont été interceptés sur l'autoroute.


Que s’est-il passé ?


Samedi soir, un peu plus de 400 supporters à la place de 200 autorisés répartis dans huit bus ont pris la route pour Marseille, pour le match OM-Nîmes au Vélodrome.

Dans ces cars il y avait des enfants, des familles, des femmes, des personnes âgées et des personnes de tout âge.

Les policiers voyant huit bus les ont alors interceptés sur l'autoroute vers Lançon-Provence, ils les ont escortés jusqu'à l'aire d'autoroute où ils se sont retrouvés bloqués deux heures. Ils tentaient de discuter avec le préfet pour voir le match, mais celui-ci a refusé catégoriquement demandant aux policiers de ramener les supporters à Nîmes. Les policiers ont donc escorté les bus de supporters jusqu'à Nîmes.


Des violences policières incomprises sur le trajet retour vers Nîmes.


En plein milieu de l'autoroute un bus est arrêté, il s'agit de celui des Gladiators. Le bus aurait "juste" fait des appels de phares aux policiers pour qu'ils roulent plus vite car selon plusieurs témoins, les bus roulaient à une vitesse maximum de 45 km, ce qui est dangereux sur une autoroute où la plupart des voitures roulent à 130 km et 110 km en cas de pluie.

Selon plusieurs sources, les CRS sont montés à bord du bus, ont gazé le chauffeur et auraient lancé à l’intérieur du bus une grenade de désencerclement (ce qui est très dangereux).


A Costières de Nîmes la situation des policiers devint incontrôlable.


L'affaire aurait pu en rester là, mais visiblement pas pour les policiers, une fois à Nîmes, une rangée de CRS se met en place devant un des bus. Et selon les témoins, les CRS se sont avancés et ont lancé du gaz lacrymogène sur tout le monde.

Dans la cohue tout le monde s'est mis à courir, des enfants appelaient leurs papas et mamans au secours, plusieurs personnes se sont mises à hurler car les yeux et la bouche "piquaient".

Des supporters se sont aussi fait matraquer sans aucune raison apparente. D'autres jetés à terre et tabassés, il y a eu une arrestation.

Plusieurs supporters vont déposer plainte et assurent qu'ils ne vont pas en rester là!


La redac'






0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.