Marseille: Chloroquine, la communauté scientifiques divisée



Il n'en fallait pas plus pour créer un afflux massif de personnes devant l’hôpital de Marseille.

Depuis dimanche, l'hôpital propose le dépistage systématique du virus, au contraire des consignes officielles. Les patients auront la réponse sous 72h et si positive recevront leur boite de Chloroquine.


La chloroquine le miracle ou non.


La Chloroquine est un traitement contre le paludisme utilisé depuis de nombreuses années, dernièrement des études ont été faites en Chine contre le covid-19, pour certains cela a fonctionné pour d'autres non et cela a même été pire avec des effets secondaires.

En France ce protocole a juste été vérifié sur 24 personnes ce qui est bien trop peu pour réellement savoir comment une population peut réagir, la communauté scientifique demande la prudence et de ne rien faire dans la précipitation. Ils demandent d'ailleurs aux médecins traitants de ne pas donner ce traitement aux patients, déjà parce que on ne sait pas sans dépistage si la personne a le covid-19 mais surtout il n’y a aucun recul.


Le covid-19 est un virus dangereux, il faut donc faire attention selon une médecin dans le département du Finistère. Ensuite la deuxième étude chinoise a conclu à des résultats préliminaires positifs sur une centaine de malades.

Elle fait l'objet aussi de nombreuses mises en garde, et ce en raison de nombreux échecs à traiter d'autres virus pourtant prometteurs, des effets secondaires, un risque de surdosage mortel et problèmes d'interactions médicamenteuses connus.

Donc non on ne peut pas comme cela du jour au lendemain donner de la chloroquine à tout le monde sans un minimum de recul.


Pour une partie de la communauté de médecins Mr Raoult "profite" de sa surmédiatisation, et pense que le gouvernement réagit trop vite, certain n'hésitent pas à dire " comment peut-on ne pas se méfier d'une personne qui ne croit pas vraiment au réchauffement climatique ?".


Le ministre de la sante a-t-il donné son feu vert ?


Pour le moment non, du moins de ce que nous savons, et d'ailleurs il ne pourra le faire que lorsque l'essai clinique plus large en France sera effectué et surtout sera concluant. Le gouvernement ne peut pas prendre une décision aussi importante en quelques heures sur un probable médicament et avec une communauté de scientifiques divisée.


N.P


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.