L'opéra de Paris et la Comédie française engagés contre le 49.3.

Mobilisés depuis plusieurs mois, les personnels de l'opéra de Paris et de la Comédie française ont collaboré pour proposer un spectacle engagé contre la réforme des retraites et le choix du gouvernement d'employer le 49.3.


Quelques minutes seulement après la dernière représentations, une centaine de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment de la Comédie française malgré la pluie pour assister à cette action annoncée le jour-même. Les musiciens de l'opéra de Paris ont pris place sous les arches, derrière les banderoles tenues par les personnels des deux institutions et les comédiens sont apparus aux balcons ainsi qu'aux fenêtres.





« Qui est le plus criminel, à votre avis, ou celui qui achète un argent dont il a besoin, ou bien celui qui vole un argent dont il n'a que faire ? »


Un spectacle dénonçant la réforme des retraites et le choix d'engager la responsabilité du gouvernement comme le permet l'article 49 alinéa 3 de la constitution. Pendant trente minutes, accompagnés par les musiciens, les acteurs ont enchaîné les répliques de pièces de répertoire. S'achevant sur le vol de la "caisse" d'un Harpagon incarné par Denis Podalydès, criant au voleur, la représentation s'achève sur cette question : « Qui est le plus criminel, à votre avis, ou celui qui achète un argent dont il a besoin, ou bien celui qui vole un argent dont il n'a que faire ? », suscitant un tonnerre d’applaudissements de la foule de spectateurs.


Cette action fait suite à l'annonce de la reprise de la grève par les personnels de l'opéra et de la Comédie française, entraînant l'annulation de plusieurs représentations. A l'opéra de Paris comme à la Comédie française, les personnels avaient décidé de suspendre partiellement leur mouvement de grève au début du mois.








Wladislas A.

Infoline Media Indépendant

(photos et rédaction)

762 vues
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.