Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.

Grèves: une aubaine pour les bus macron ?

Mis à jour : 21 déc 2019


Image Google

Le gouvernement a donné son autorisation pour permettre aux chauffeurs des "bus macron" à rouler plus longtemps ( soit 12 heure par jour contre 9 en temps normal) par arrêté publié mercredi 18 décembre 2019.

Cette annonce a été faite pour contourner les perturbations liées au mouvement social national contre les retraites.

Entre le 18 et le 24 décembre les bus pourrons donc rouler plus longtemps et ainsi " désengorger" les routes et prendre le relais sur la SCNF, qui elle accuse le gouvernement en faisant cela à casser la gréve.

Pour plusieurs syndicats le gouvernement prend volontairement le risque avec le prolongement de la durée de conduite de provoquer des accidents suite à l’extrême fatigue imposée aux conducteurs.

Beaucoup peuvent y voir une attention particulière au voyageur mais il pourrait y avoir bien plus la dessous.


Des bus pas si rentable.


Les " bus macron" n’étaient pas vraiment rentable, en effet selon plusieurs sources certain bus pouvaient roulaient à moitier vide, une perte enorme en terme d'argent.

Trois enseignes existe Flixbus, Ouibus et Isilines, qui ont transporté des millions de passagers. Mais qui n’ont de cesse de perdre des millions d’euros.

Ouibus, filiale de la SNCF, qui représente 44 % des villes desservies et un gros tiers de la part de marché des cars Macron envisage 35 millions de perte en 2017 pour des ventes autour de 70 millions d’euros.

L’an passé, on en était à 45 millions d’euros de perte, une valeur alors égales à son chiffre d’affaires…

Isilines qui revendique 23 % des dessertes, avait perdu 28 millions d’euros en 2016 pour un chiffre d’affaires de 38 millions. Cette fois, les pertes qui ne devraient pas dépasser les 15 millions.

Chez Flixbus, issue de la start-up allemande éponyme, on se fait plus discret mais des indiscrétions annoncent des chiffres d’affaires 2016 et 2017 similaires à ceux de Ouibus. Les pertes, en revanche, seraient inférieures à 10 millions d’euros en 2016 comme en 2017.

Au bilan, les sociétés Flixbus, Ouibus et Isilines devraient perdre un peu moins de 60 millions d’euros à elles trois en 2017 pour un chiffre d’affaires global qui devrait avoisiner les 180 millions d’euros.


Une aubaine cette grève pour les "bus macron"


Depuis la grève, les "bus macron" roulent désormais complet avec un prix du billet bien plus cher que d'habitude. Une aubaine finalement qui fera certainement grimper leur chiffre d'affaire.

Finalement les gagnant sont encore une fois les patrons et non pas le citoyen, en augmentant le prix du billet et en roulant au complet on imagine bien que tout les grands de la haut se frotte les mains y compris le gouvernement. Comment se faire de l'argent encore une fois sur le dos de la misère social.


La redac'

80 vues