France: violence des forces de l'ordre dans les manifestations féministes.


@Thomas Caz

Hier soir dans plusieurs villes de France ont eu lieu des marches féministes contre les violences quelles qu'elle soit (patriarcat, violences sexuelles, sexismes, féminicides etc.).


Des manifestations qui devaient normalement se passer dans le plus grand calme au vu du pourquoi ces femmes manifestent. Et bien non, les forces de l'ordre ont usé de leur maintien de l'ordre pour déstabiliser les féministes avec violences, coups, lacrymogènes, arrestations et bien d'autres.


A Toulouse manifestation nasser et gazer


A Toulouse elles étaient une centaine à manifester le 7 mars a 22h à Jean-Jaurès à l'appel de "Toutes en grève 31"et " Assemblée féministe du Mirail".

La manifestation a été fortement réprimée, la préfecture précise qu'elle n'avait pas été déposé.

Vers le pont Saint-Pierre le cortège a été gazer, puis sur le pont elle a été nassé.

Plusieurs flambeaux et fumigènes étaient de sortis pour cette manifestation dite "non-mixte"pour les femmes et minorités de genre.


Manifester contre les violences, et s'en prendre plein "la tronche" par les forces de l'ordre


Cela ne parait pas plausible que des forces de l'ordre qui prennent des plaintes de femmes battues ou violées les frappent, les humilient et les matraquent dans une manifestation contre les violences.

Et pourtant c'est bien ce qui s’est passé hier soir partout en France. Un maintien de l'ordre qui est constamment remis en cause, mais qui pour le gouvernement est tout à fait normal. D'ailleurs cela se voit puisqu’une seule petite condamnation d'un policier pour violence a eu lieu.

Les 3/4 des plaintes IGPN sont classées sans suite même quand les preuves sont solides. Alors on peut se poser des questions sur la légitimité du gouvernement.

A Paris une femme manifestante a été traînée dans des escaliers sur plusieurs mètres, dans d'autres villes ce sont des grenades lacrymogènes qui sont tirées, à Toulouse ce sont deux arrestations.


Un message de la police nationale qui ne passe pas.



Sur le compte twitter de la police nationale on peut y voir un message des plus surprenant " Nous souhaitons surtout faire passer un message aux femmes victimes de ces violences. Il faut parler. Parlez-en à votre entourage, amis, famille. Il faut intervenir. Nous voulons entendre votre histoire et vous aider. Nous nous battons chaque jour à vos côtés pour vos droits" Ce message a provoqué un tôlé, avec des messages, des photos et des vidéos de violences policières sur les femmes et surtout hier soir.

Comme Nathalie ironiquement : " La seule chose que je retiens c'est que oui il se battent à nos côtés et contre nous, c'est fabuleux"

Comment des femmes peuvent-elles aller parler à des policiers qui le soir même les matraquent, les trainent au sol ou leur balancent des grenades lacrymogènes. Cela interroge tout de même !


Journée des droits de la femme ce n'est pas que sur un jour.


Cette journée est tout simplement d'une illogique, une journée des droits de la femme pour qui car les hommes confondent droits de la femmes et journée de la femmes!

Les fleuristes qui se frottent les mains de voir des maris, des amants et des compagnons offrir un merveilleux bouquet, pour les magasins de sous-vêtements ou l'espoir d'une nuit magique pour messieurs avec pour cadeaux une nuisette ou un sous-vêtement ?

Pour beaucoup de femme cette journée est une hypocrisie, demain pour une bonne partie d'entre elles, elles retourneront à leur vie de femme de ménage, de boniche et de bonne mère, celle qui ramasse à longueur de temps les caleçons de leur homme, qui passent le balai sans rien dire et parfois prennent des coups. Sauf pendant la journée des droits de la femme où là ce n'est pas par leur mari ou compagnon qu'elles se font cogner mais par les forces de l’ordre !


Best Of : pourquoi autant de violences sur les manifestations surtout à Paris ?


La réponse va paraître complètement hors contexte et pourtant ce sont bien les mots de Marlene Schiappa sur la chaîne BFMTV : sur la charge de la police contre des manifestantes: " le tracé de la manifestation n'aurait pas été respecté".

Donc la violence est légitime, on apprend aux enfants à ne pas être violent , on dit aux parents de ne plus mettre de fessées même pour de grosse bêtises par contre si on enfreint le tracé d'une manifestation, la police qui est censée protéger la population peut éventuellement vous charger, vous frapper, vous insulter et vous traîner à terre . Décidément la journée des droits de la femme a encore à faire .............


Définition du droit de la femme.


La Journée internationale des femmes, également appelée journée internationale des droits des femmes dans certains pays comme la France, est célébrée le 8 mars. C'est une journée internationale mettant en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes.


Nadege Picard

Infoline, média indépendant

92 vues
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.