FRANCE: le scénario possible pour le compagnon d' Elisa Pilarski


Photo illustration chasse à courre

Rappelez-vous, le 16 novembre dernier en foret de Retz, dans l'Aisne, Elisa une jeune femme enceinte de six mois est retrouvée décédée à moitié dévêtue avec des morsures de chiens de différentes tailles partout sur son corps. L'autopsie révélera que la jeune femme est décédée d'une hémorragie.


Un coupable idéal.


Tous les regards se sont donc tournés vers le jeune chien du couple : Curtis, et on comprend pourquoi c'est un American staff.......Encore une fois on y voit là des suppositions à cause de la race et non sur les faits et les preuves !!

Oui car Curtis avait une muselière, comment aurait-il donc pu mordre sa maîtresse mais aussi et surtout il n'a qu'une seule mâchoire pas plusieurs différentes !!! Alors le compagnon d'Elisa monte aux créneaux, il a perdu sa femme, l'enfant qu'ils attendaient mais il risque de perdre Curtis, en effet il se peut qu'il soit euthanasié !

Et bien sûr le journal Le Parisien n'a pas hésité à sauter sur l'occasion quand ils ont appris que Curtis en "prison" avait mordu plusieurs fois depuis l'affaire comme pour bien enfoncer le clou du parfais petit coupable.



La peur, le stress et l'enfermement mais surtout le traumatisme .


Ce qu'il faut bien comprendre c'est que Curtis a aussi vécu un calvaire, il a probablement vu sa maîtresse se faire « dévorer », imaginez cinq secondes le traumatisme, et ensuite il a été enfermé sans présomption d’innocence alors que les 62 chiens à cour, eux, sont libres, précisons-le !!

Alors oui le chien a mordu, il est stressé et surement angoissé mais il a aussi peur, il est loin de son maître et il a perdu sa maîtresse. Comment en faire un suspect idéal, sauf que rien ne concorde et même si les test ADN des chiens ne sont toujours pas encore tombés, l'autopsie elle, ne peut mentir, on le rappelle il y avait plusieurs morsures de plusieurs mâchoires différentes, il ne faut pas avoir bac +7 pour comprendre « plusieurs chiens » !!!!


Christophe le compagnon d'Elisa

Le scénario le plus probable selon son compagnon.


Ce dimanche le compagnon d'Elisa, Christophe Ellul a livré le possible scénario se rapprochant le plus de la réalité:


"Tu m'as appelé à 13h19. Tu étais en panique, tu me disais je me fais mordre aux bras et aux jambes, je t’ai dit de lâcher Curtis. Et plus rien. Je sais que tu étais dans cette allée, où j'ai retrouvé ton blouson, ton gilet et ton écharpe. Tu avais Curtis en laisse avec son harnais et doublement muselé après ta frayeur que tu as eu avec le malinois. Tu ne l'as pas lâché. Ils en voulaient à Curtis et tu as dû mettre des coups de pied, te faire mordre aux jambes, tu as sorti ton blouson, ton gilet et ton écharpe pour les donner à tes agresseurs. As-tu pris Curtis dans tes bras? Tu étais enceinte de 6 mois, Curtis au moment des faits pesait environ 18 kilos, tu l'as porté et as cherché le seul endroit où te protéger, où il y avait des arbres, c'était ce ravin. Tu n'as pas dû le porter longtemps tes agresseurs te poursuivaient. Je suis sûr que tu t'es couché sur Curtis. Tu as protégé ton visage, Enzo et Curtis. Tu as fait rempart avec ton corps contre tes agresseurs. Ils t'ont alors attrapé par ta chevelure, t'ont traîné avec acharnement, ça devait être d'une violence inouïe car ils t'ont totalement scalpé... Curtis a dû se cacher, le vétérinaire qui l'a vu le jour même a constaté des griffures importantes au niveau des oreilles, je sais que tu attachais très bien les muselières... Il s'est blessé en essayant de se l'arracher. Curtis n'a pu mordre personne, et s'il n'avait pas eu sa muselière il ne serait plus là aujourd'hui, face à une meute il n'aurait jamais fait le poids. Quand je suis arrivé près des lieux, j'ai aperçu un petit groupe de chiens de chasse qui partaient. J'ai appelé Curtis qui m'a répondu en aboyant, c'est comme ça que je me suis rapproché du ravin dans lequel j'ai vu une meute d'une quinzaine ou vingtaine de chiens de chasse, silencieux autour de ce que je pensais être un tronc d'arbre. En me voyant, ils se sont lancés dans ma direction et sont partis. J'ai ensuite vu Curtis, il n’était pas très loin de toi. Ce que je pensais être un tronc d'arbre était en fait ton corps dévoré... une vision d'horreur que je ne peux pas me sortir de la tête. Qu'on ne vienne pas me dire que mon chien est responsable de ce massacre. Même si aujourd'hui certains pensent avoir trouvé le coupable idéal. Qu'on ne vienne pas me dire que notre chien va très bien alors que son traumatisme n'a pas été pris en charge par des gens qualifiés. Tu as sacrifié ta vie Elisa et celle d'Enzo pour sauver ton chien et ça, je sais que c'était toi. Aujourd'hui vous n'êtes plus là mais je me battrais jusqu'au bout pour trouver les coupables et protéger Curtis".


Une information judiciaire contre X a été ouverte le 20 novembre pour « homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l’agression commise par des chiens ».

D’après l’autopsie, le décès d’Elisa Pilarski, enceinte de six mois, a pour origine « une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête ».


Nadege Picard

Infoline, média indépendant

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.