Féminicides: le gouvernement a t'il fait pencher la balance ?


Stella, la fille de la victime

Après le dernier meurtre de Sylvia Walter rien n'est moins sur et pour cause.

La fille de la victime accuse la gendarmerie du délai d'intervention. Sylvia est morte le 10 novembre chez elle devant sa fille, poignardée par son mari violent, elle était en instance de divorce.

Avant les faits qui se sont produit, plusieurs fois la gendarmerie avait été averti pour violence dont trois jours avant.

Le soir même un premier appel à 23 heures fait état d'une violente dispute, dix minute plus tard un deuxième appel indique cette fois que l'homme, le mari, est armé d'un couteau.

La police arrivera seulement 20 minute plus tard alors que la fille de la victime habitant plus loin est arrivée avant, et a assisté au dernier coup de couteau dans la carotide.

Au 14 novembre 2019 rien n'a changé même avec les mesures du gouvernement, un mari violent ne peut pas être mis à la porte par la gendarmerie sauf si il est en état d’ébriété dans ce cas il est emmené en cellule de dégrisement. Mais pour une dispute, même violente aucune loi à se jour indique le droit à la gendarmerie de faire partir la personne violente du domicile, pire encore, la plupart du temps on demande à la victime si elle peut dormir en sécurité chez de la famille selon plusieurs témoignages de victimes.

Le gouvernement selon les familles des victimes ne prend pas vraiment en compte la gravité, qui pourrait sauver plus d'une femme si les choses changé et si de meilleure loi été crée.


Infoline, média indépendant et média du peuple

Pour nous soutenir https://fr.tipeee.com/infoline




44 vues
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.