D'où vient l'augmentation de la haine "anti flics" ?

D'où vient l'augmentation de la haine "anti-flics" ? Vaste question. Depuis plusieurs mois, années, la haine anti-flics est en constante augmentation. D'où vient cette haine ? Pourquoi ? Qui sont les personnes qui détestent la police ? J'ai rencontré certaines personnes, au profil différent qui m'ont expliqué, raconté leur histoire avec les forces de l'ordre.

Ils sont banlieusards, anars, apolitiques ou bien gilets jaunes voire même tout ça à la fois et ils détestent la police. Pourquoi ? Certains sont nés dans cette haine de part leur lieu de vie ou de naissance car ils ont subit la violence, les contrôles au faciès et les meurtres, d'autres sont devenus haineux à l'égard des forces de l'ordre de part leur vécu en manifestation. Il faudrait des dizaines de mains pour compter les blessés, 4 mains pour compter les éborgnés, des centaines pour compter les gardés à vue et les condamnés à la prison ferme ou avec surcis. J'ai rencontré ces gens.

J'ai rencontré un jeune de banlieu, Abdel, 16 ans, il vit la violences et l'impunité policière depuis sa naissance. Il subit les contrôles au faciès lui et sa bande de potes, il a déjà fait de la garde à vue pour des motifs bidon dont il a été relaxé à chaque fois. Il me dit détester la police parce qu'ils "font ce qu'ils veulent, ils nous insultes avec des termes racistes, ils nous frappent comme si on était de la merde".

Du côté de la gauche radicale et des anars, la haine anti-flic vient d'une idéologie anti-autoritaire. Il n'est pas rare de voir, au cours de manifestation, un amas de gens tout de noir vêtus chanter des slogans anti-police, se mettre derrière une grande banderole renforcée et combattre la police. J'ai rencontré des activistes partisans de l'action directe non-pacifique. Eux, détestent la police parce qu'elle représente l'État, que l'État tue. Ils sont majoritairement anti-capitalistes, l'État français étant capitaliste et la police représentant l'État, ils combattent le capitalisme. Pour eux, la violence sociale est supérieure à la violence physique.

J'ai rencontré des gilets jaunes sur des ronds point, des manifs, des actions, des gens lambdas qui n'avaient, pour beaucoup, jamais manifesté de leur vie, qui n'avaient jamais eu affaire à la police et qui ont développé une haine envers les forces de l'ordre. Ils ont été frappés, gazés, gardés à vue, c'est sûr que ça laisse un goût amer.

David Dufresne, un confrère hautement plus connu que moi, spécialiste du maintien de l'ordre, recense tous les réprimés du mouvement des gilets jaunes. Lien de son site : https://www.davduf.net

Où allons-nous ? La haine finira-t-elle par disparaître ? Va-t-elle augmenter et finir par couper le lien déjà affaibli entre la police et la population et amener à des affrontements jamais enregistrés auparavant ? Seul l'avenir nous le dira.

Charlie Garcia,

Infoline, média indépendant

Pour soutenir notre média https://fr.tipeee.com/infoline

0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.