Acte52 Toulouse: Des ordres et le capitole.



Samedi 9 novembre comme à l'accoutumé les gilets jaunes de Toulouse se sont donnés rendez vous à 14h au métro jean Jaurès. Un de nos reporters s'est fait saisir son matériel avant même que le cortège ne se forme. Les Street Médics se sont également fait contrôler, leur matériel n'a pas été pris pour la bonne et simple que raison qu'ils n'avaient plus rien.

Un gendarme a procédé aux contrôles d'identité avec prise de photo des cartes d'identité. Le capitole étant ouvert, le cortège en a profité pour en faire le tour, il y avait là, une volonté de la part des forces de l'ordre de contenir les manifestants dans le centre ville afin de les empêcher d'atteindre les boulevards.

Pourquoi ? Aucune réponse.

Le cortège est resté dans le centre ville, puis souhaitant atteindre Esquirol, un barrage de police s'est formé. Un policier gradé procède aux sommations, puis se ravise et commence à discuter avec certains manifestants. Au bout de 15 minutes voyant, le cortège avancer petit à petit la décision de dispersion est prise.

Après une salve d'environ dix grenades lacrymogènes, la manifestation s'éloigne. Au niveau de la place Saint Georges, aux environs de seize heures dans une rue adjacente, des hurlements nous alertent, nous avons pensé à une attaque de chien mais en réalité, des policiers de la BAC à moto, pendant une arrestation on fait usage de leur spray lacrymogène touchant deux fillettes âgées d'environs 10 et 7 ans.

Elles ont été rapidement pris en charge par les secouristes. À la nuit tombée, le cortège arrive sur Jean-Jaurès, certains ne savent pas se décider, ils hésitent entre prendre la gare ou prendre les boulevard. Un petit groupe se lance vers la gare mais les autres ne suivent pas et restent sur Jean-Jaurès. Une dizaine de minute après, les forces de l'ordre nous ont nassé. Ils ont arrêté une jeune fille qui ne présentait à priori aucun danger, nous ne savons pas pourquoi elle a été arrêté.

Vers 18h un mot passe entre manifestant, "18h30 rendez vous à la Gare". Un cortège comprenant une quarantaine de personne, une dizaine de medics et d'OPP se rend au métro de la gare. Pendant 25 minute ils se sont emparé du haut de la gare et du métro.

On dénombre 3 arrestations et quelques blessés par les gaz lacrymogènes.


Infoline, média indépendant et média du peuple

Pour soutenir notre média avec un petit dons même de un euro

Tipee https://fr.tipeee.com/infoline Et sur PayPal https://paypal.me/pools/c/8jiDJdQGTI





70 vues
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.