Toulouse acte 22 : une manifestation sous haute tension

Mis à jour : 17 avr. 2019



Ce samedi, la préfecture de Haute-Garonne dressait une nouvelle fois un lourd bilan de la manifestation des gilets jaunes à Toulouse. 45 personnes ont été arrêtées parmi lesquelles 43 individus placés en garde à vue.


Un gazage incompréhensible


De 12h à 21h, plusieurs nassages et gazages se sont fait ressentir par les manifestants, malheureusement trop intenses pour être permis. De nombreuses personnes ont dû être recueillis et mises en sécurité par les commerçants, notamment parce qu'ils ne pouvaient plus respirer. Le plus gros gazage a eu lieu au monument aux morts.


Pourquoi un tel acharnement?


Nous étions présents sur les lieux et nous sommes dans l'incompréhension devant une telle violence. Le mouvement a démarré tranquillement, dans la bonne humeur et avec des chants. C'est en se dirigeant du côté de la place Dupuy que les forces de l'ordre ont commencé à gazer le groupe sans raison apparente. Beaucoup ont été pris au piège.

Plus tôt dans la journée un camion avait pris feu, selon nos sources l'incendie aurait été provoqué par les grenades de désencerclement mélangées aux bombes lacrymogènes, lancées en incroyablement forte quantité. D'autres témoins auraient, quant à eux, aperçu des "black blocs" y mettre le feu. Les pompiers ont pu intervenir rapidement sans que les manifestants ne les empêchent d'avancer. Cependant, les forces de l'ordre ont continué de gazer la zone en leur présence les prenant ainsi au piège de la fumée.

Nous aimerions connaître les raisons de ce gazage disproportionné et souhaitons obtenir des réponse du préfet.


JEAN JAURES : Le ras le bol


Les petits commerçants des cabanes de Jean Jaurès sont lassés de ce gazage intempestif et contesté. Selon l'un d'eux, les actions menées par les forces de l'ordre étaient injustifiées devant une manifestation pacifiste. Ce commerçant n'est d'ailleurs pas dérangé par les mouvements des gilets jaunes mais davantage par les répressions violentes qui se répètes chaque samedi sur la place.

Alors, pour quelle raison une manifestation sans débordement est-elle autant attaquée? Simplement pour justifier l'arrestation des personnes dérangeantes et dans le collimateur des forces de l'ordre, d'abord par la charge, puis par le gazage.


La préfecture dénombrait 21 blessés en urgence relative à la fin de la journée, dont un parmi les forces de l'ordres.


Crédit photo @Caro.b

#manifestation #acte22toulouse

96 vues
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.