A Bondy un jeune de 14 ans tabassé par la police lors d'une interpellation

"L'IGPN a été saisie après que Gabriel, 14 ans fut roué de coups par les forces de l'ordre de Seine St Denis"



L'adolescent risque de perdre un œil suite à une série d'impacts très violents reçus au visage dans la nuit du 25 au 26 mai vers 3 heures du matin alors qu'il tentait de voler un scooter en démontant la roue, accompagné d'un autre jeune. Il a été surpris pas les policiers et stoppé dans sa course effrénée pour tenter de fuir.

Il s'est retrouvé plaqué au sol et frappé par des coups de pieds notamment au visage qui ne laisse aucun doute sur la puissance du traitement infligé.


“Il y avait trois garçons et une femme. Ils m’ont plaqué au sol, ils ont mis un genou sur ma tête, un genou sur mes épaules, ils m’ont mis les menottes. La femme qui est blonde tenait mes chevilles pendant qu’un agent barbu, assez gros, me donnait des coups de botte dans la tête” a déclaré l'adolescent d'une quarantaine de kilos pour un mètre soixante-dix.


Après un détour vers le commissariat, Gabriel a perdu connaissance et a été conduit aux urgences pédiatriques de l’hôpital Jean Verdier de Bondy. Le rapport du médecin légiste est sans appel:

  • 30 jours d'ITT lui ont été prescrits, 3 dents lui manquent, un œdème a déformé sa joue gauche, un traumatisme crânien et une « fracture maxillaire gauche étendue au plancher de l’orbite ». Il a été transféré ce vendredi 29 mai dans une unité spécialisée de l’hôpital Necker -hôpital pour enfants dans le XVème arrondissement de la capital pour être opéré et tenter de sauver son œil gauche.



Me Thomas Maïer, qui représente Gabriel dans cette affaire abonde : « Personne n’a rien contre le fait que la police arrête des gens, c’est évidemment naturel. Ce qui me parait moins naturel, c’est la disproportion entre arrêter et éclater la tête d’un jeune de 14 ans. Mais on a fréquemment des personnes qui ressortent de garde à vue avec la tête au carré »


La famille à portée plainte et l'affaire a été confiée à l'IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale); une enquête est ouverte contre les policiers mis en cause dans ces violences envers un mineur.


MYLENE DUVAL

0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.