49.3 : Un rassemblement timide à Paris.

Le premier ministre Edouard Philippe annonçait l’engagement de la responsabilité du gouvernement sur la réforme des retraites en suivant l'article 49.3 de la constitution face aux députés vers 18h. Dès 19h, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce samedi face à l'assemblée nationale.




Le rendez-vous a rapidement été fixé devant l'assemblée nationale sur les réseaux sociaux malgré l'annonce de la présence des forces de l'ordre et le doute subsistant quant à l'interdiction des rassemblement liée au coronavirus. Arrivés place de la Concorde, où l'intersyndicale avait appelée à manifester, les patrouilles de gendarmes mobiles et de la BRAV-M quadrillaient le secteur sans pour autant empêcher l'accès au pont de la Concorde où ont été repoussés les manifestants présents devant l'assemblée.


Malgré l'appel tardif, le pont est déjà tagué à 20h et les pancartes dénonçant le l'emploi du 49.3 se multiplient rapidement. On scande "49.3 c'est dégueulasse", "Les gilets jaunes" ou encore "Philippe démission" au sein d'une foule rassemblant avocats, cheminots, chercheurs, étudiants et enseignants.


L'ambiance se tend lorsque la foule se dirige ver la place de la Concorde, faisant face à un cordon de gendarmes mobiles qui réagissent en chargeant et en faisant usage de leurs bombes de gaz lacrymogène avant d'interdire toute sortie du périmètre. "Gendarmerie Nationale, calmez vous" hurle le haut parleur d'une des camionnettes et, après un une demi-heure de tensions, les sorties sont de nouveau rendues possible, moyennant une escorte jusqu'au métro par les forces de l'ordre.


Les manifestants se sont ainsi dispersés au compte-goutte et dans le calme. "On sera là le 14" affirme un homme se revendiquant des gilets jaunes. Les étudiants, quant à eux appellent à rejoindre la mobilisation du 5 mars dite "facs mortes" afin de protester contre la LPPR et la réforme des retraites.








Wladislas A.

Infoline media indépendant

50 vues
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.