1ER MAI TOULOUSE: LES GILETS JAUNES EN TETE



Ils se sont rassemblés place Esquirol dès 10 heures du matin pour un cortège qui devait partir à 10h30. Les gilets jaunes et syndicats ensemble, ils étaient entre 20000 et 25000 ce mercredi 1er mai dans les rues de Toulouse. Les gilets jaunes ont pris la tete de cortège suivis par les syndicats, une ambiance comme un samedi. Un important dispositif de force de l'ordre était en place le long du parcours. Puis le cortège s'est séparé en deux après Arnaud Bernard, en effet les syndicats ont préférés respecté leurs parcours malgré la réticence de certains gilets jaunes comme pour Marie : " ils veulent une convergence mais ne restent pas avec nous et préférés obéir, ce n'est pas comme ça qu'on va avancer à un moment il faut aussi savoir braver les interdits" Pour Michel en revanche c'était mieux ainsi chacun à sa place . On se rend compte que la convergence des luttes avec les syndicats du moins à Toulouse reste encore fragile. Le reste du cortège des gilets jaunes et des citoyens lambda a continué jusqu’ à la place St Cyprien. Là se trouvaient les forces de l’ordre, empêchant les manifestants de retourner en centre-ville. Le cortège a donc décidé de prendre une petite rue pour rejoindre le pont mais avant même d'y arriver, les forces de l'ordre en nombre en bloquer l’accès. Après des chants les forces de l'ordre ont décidé de repousser tout le monde par des tirs de gaz lacrymogène.



Les gilets jaunes ont tenté de rejoindre le centre-ville par d’autres accès mais le pont des Catalans et le pont St Michel étaient également interdits d’accès. Pendant quelques heures les manifestants sont ainsi restés bloqués sur la rive gauche de Toulouse. En effet un autre rassemblement avait lieu à 14h et tous voulaient se réunir pour reformer un grand cortège. Finalement en milieu d’après-midi, plusieurs groupes ont fini par réussir à rejoindre l’autre cortège. Dans le centre-ville c’était un peu le chaos la police a fait rapidement usage de gaz lacrymogène en différends en différents endroits de la ville pour les disperser et éviter qu'ils ne se réunissent même si plusieurs fois le cortège c'est retrouver.

Il n'y a pas eu de dégât ou d'incident majeur seulement quelques affiches de panneaux retire et quelques tags.


Selon un bilan de la préfecture de Haute-Garonne, 26 personnes ont été interpellées en centre-ville, notamment pour jets de projectiles ou port d’arme que nous n'avons pas vu. 

0 vue
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2020 Infoline Toulouse.